LAU-7b

premier médicament de sa classe pour la résolution de l’inflammation.

LAU-7b est un candidat médicament oral à base de fenrétinide, un rétinoïde atypique avec un profil de sécurité bien documenté chez plus de 3,000 patients. Les données existantes suggèrent que, à faible dose, fenrétinide a le potentiel de moduler certains lipides membranaires et a démontré une capacité de contrôler l’inflammation, ainsi que des propriétés antifibrotiques et antivirales dans une variété de systèmes in vitro et ex vivo,  ainsi que dans des modèles animaux d’inflammation aiguë et chronique, de la fibrose kystique (FK) et de la fibrose pulmonaire non-FK.

Lipides membranaires

Les lipides sont des composants fondamentaux et responsables de la structure, de la fluidité et de la fonction des membranes cellulaires.  Ils jouent de multiples rôles biologiques allant de la défense de première ligne de l’hôte contre les agents pathogènes à la signalisation de l’inflammation et au transport des protéines. Leur potentiel en tant que cibles thérapeutiques demeure inexploité.

Le LAU-7b à faible dose agit sur certains phospholipides et sphingolipides qui jouent des rôles primordiaux dans l’activation / résolution du processus inflammatoire, ainsi que dans la défense de l’hôte contre les agents pathogènes.

Mode d'action proposé pour la modulation des lipides membranaires par LAU-7b

Bien qu’il ne soit pas entièrement confirmé, le mécanisme de la modulation des lipides du LAU-7b semble suivre une pharmacologie à cibles multiples impliquant des désaturases (delta-4 et delta-9) et la synthase de céramide 5 (CerS5), qui jouent tous des rôles importants dans le métabolisme des acides gras. L’activité du LAU-7b a été également associé à la modulation des voies de signalisation de l’inflammation par la cPLA2,  ERK 1/2) et NF-κB.

Résolution

l’interrupteur» de l’inflammation.

Il a été démontré que le LAU-7b augmente l’acide docosahexaénoïque  (ADH) liés aux phospholipides, qui est impliqué directement dans la résolution de l’inflammation et qui a indirectement un effet régulateur négatif sur la voie de l’acide arachidonique  (AA) qui est responsable de l’activation de l’inflammation. L’effet sur l’équilibre du rapport ADH/ AA imite le processus naturel du corps pour contrôler l’inflammation (un effet « pro-résolution »).

Les références:

Garic D. et al, 2020. Cellular and Molecular Life Sciences. https://doi.org/10.1007/s00018-020-03530-x
Garic D. et al, 2020. Journal of Molecular Medicine. https://doi.org/10.1007/s00109-017-1564-y
Youssef M. et al, 2021. Lung. https://doi.org/10.1007/s00408-020-00353-2
Poliakov E. et al, 2017. PLoS ONE. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0176487
Rodriguez-Cuenca S. et al, 2016. PLoS ONE. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0162047
Rodriguez-Cuenca S. et al, 2015. Biochimica et Biophysica Acta. http://dx.doi.org/10.1016/j.bbalip.2014.09.021